View Single Post
Old 06-03-2015, 06:02 PM   #1
Arios
A curiosus lector!
Arios ought to be getting tired of karma fortunes by now.Arios ought to be getting tired of karma fortunes by now.Arios ought to be getting tired of karma fortunes by now.Arios ought to be getting tired of karma fortunes by now.Arios ought to be getting tired of karma fortunes by now.Arios ought to be getting tired of karma fortunes by now.Arios ought to be getting tired of karma fortunes by now.Arios ought to be getting tired of karma fortunes by now.Arios ought to be getting tired of karma fortunes by now.Arios ought to be getting tired of karma fortunes by now.Arios ought to be getting tired of karma fortunes by now.
 
Arios's Avatar
 
Posts: 463
Karma: 2015140
Join Date: Jun 2012
Device: Sony PRS-T1, Kobo Touch
K. Follett: Les piliers de la terre et suite

Les piliers de la terre et Un monde sans fin de K. Follett couvre la période (1123-1361).

Ce que j'ai trouvé intéressant dans ces livres de Follett, et pour y aller directement, c'est la thématique initiale et antithétique que chacun des deux récits explorent. Dans le premier (Les piliers), par delà l'histoire de Tom, d'Ellen, de Jack et de la cathédrale, l'auteur indique en quoi l'instance religieuse, personnifiée par le prieur Philip, fut à cette époque un vecteur de progrès, de création d'un espace de vie communautaire et un parapet contre la tyrannie nobiliaire. Dans la suite (Un monde sans fin), à l'inverse, comment l'Église est ultérieurement devenue une force rétrograde, obnubilée par le respect aveugle des (faux) savoirs des auteurs anciens (en médecine notamment) et régulée par un pouvoir routinier, allergique aux changements et à la nouveauté.

Le hic est que si la narration fonctionne bien dans Les piliers, elle me semble exécrable dans Un monde sans fin, que je qualifierais volontiers d'obèse, avec d'innombrables petites historiettes souvent inutiles, ou qui du moins nous éloignent, sans compensation littéraire, de l'axe principal. Ces petits retours/détours font en sorte qu'on se retrouve avec une rame de trop à mon avis.

Ceci étant dit les tableaux historiques sont bien rendus (surtout dans Les piliers), l'auteur ayant pu bénéficier des conseils de très bons historiens/recherchistes.

En passant, la traduction française de Jean Rosenthal (pour Les piliers) me semble très bonne.

Je ne suis pas entré dans les détails ici, puisqu'on peut trouver facilement de bons résumés de ces deux livres déjà anciens (1989-2007 respectivement), mais si vous avez une opinion différente de la mienne, où des précisions à faire, elles sont les bien venues!

PS J'ai déplacé ici le contenu d'un post que j'avais fait ailleurs où il était hors sujet.
Arios is offline   Reply With Quote