Register Guidelines E-Books Search Today's Posts Mark Forums Read

Go Back   MobileRead Forums > Non-English Discussions > Forum Français > Lounge français

Notices

Reply
 
Thread Tools Search this Thread
Old 03-18-2009, 05:03 PM   #1
markus_leicht
Connoisseur
markus_leicht is on a distinguished road
 
markus_leicht's Avatar
 
Posts: 59
Karma: 60
Join Date: Sep 2008
Location: Lyon
Device: Aucun
Lightbulb La librairie et son devenir face au livre électronique

On a commencé à en parler avec Zelda dans un autre thread :
http://www.mobileread.com/forums/new...ote=1&p=398764

Je reprends mes propos :

À mon avis, la librairie de quartier est condamnée à moyen terme (si ce n'est à court terme). Je ne vois pas le client aller télécharger un livre sur une borne dans un magasin alors qu'il peut le faire de chez lui, ou de son lieu de travail, ou directement depuis son smartphone. Tout comme personne n'ira dans un magasin Virgin pour aller télécharger des mp3 qu'il est bien plus facile de récupérer sur le site internet du magasin.

Quant à ouvrir un site pour vendre en ligne, le marché est déjà bien squatté par quelques gros qui bouffent tous les petits. Les lecteurs préfèrent aller sur les sites d'Amazon, la Fnac, Alapage plutôt que sur ceux des petites librairies qui, il faut bien le reconnaître, n'ont pas les moyens, en personnel, pour gérer efficacement un site de vente et le rendre aussi attractif.

Quand on dit que la librairie doit s'adapter, ça ne veut pas nécessairement dire qu'elle doit se tourner vers le numérique. Aujourd’hui on voit de plus en plus arriver des livres objets, des livres gadgets (la mode est aux livres accompagnés d'un ustensile de cuisine ou, comble du ridicule, d'un paquet de farine).

Je pense que la librairie de demain n'aura plus rien à voir avec la librairie d'aujourd'hui. Je ne suis même pas sûr qu'elle vendra encore des livres. Mais elle restera un lieu où on s'intéressera au livre. Sous quelle forme ? Le premier qui trouvera la bonne réponse empochera sans doute le pactole.

Donc oui, la librairie de quartier, telle qu'elle existe maintenant, est condamnée. Mais elle renaîtra sous une nouvelle forme. Reste à savoir laquelle. (J'ai bien ma petite idée, mais j'aurai l'occasion d'y revenir ultérieurement).


Et ceux de Zelda :

Je verrais bien les librairies de quartier se transformer en véritable lieux de vie du quartier, avec des rencontres avec les auteurs, des lectures, des animations... et un espace multi-média pour ceux qui aiment encore feuilleter un livre en papier et traîner dans les rayons mais qui préfèrent acheter en numérique...

J'en ai parlé avec un pote qui a beaucoup travaillé dans la photo, il m'a dit qu'à son avis une borne ne suffit pas ; ils ont testé avec les bornes de tirages photos et ça a fait un bide, par contre il y a une chaîne de magasins photo (il ne se rappelait pas le nom) qui a créé de véritables espaces numériques, avec des ordinateurs et un assistant là pour aider le client pour faire carrément des retouches or recadrer l'image avant de l'imprimer, et là ça marche du tonnerre.

comment est-ce qu'on pourrait adapter ce modèle à la librairie ? qu'aimeriez-vous y voir ?


Quand je dis qu'il n'y aura plus de livre ce n'est pas tout à fait vrai. L'édition papier, face au numérique, va poursuivre son évolution. Les tirages vont aller progressivement en diminuant. Surtout sur le roman et l'essai. Le beau livre et le livre pour enfant pourrait survivre à un niveau correct pendant un bon moment. Le reste de l'édition se réduira peu à peu à des tirages moindres et on va voir se développer la micro édition.

La micro édition ce n'est pas un phénomène nouveau. Sur ces forums nous sommes au moins deux à en faire. Robert Soubie et ses Editions de l'Age d'Or et moi-même avec Le Songe des Murènes. Il s'agit de réaliser des petits tirages, en profitant des facilités de l'imprimerie numérique, ou de faire de l'impression à la demande. Pas d'investissement énorme et rentabilité presque immédiate.

Donc oui, il y aura encore du livre dans les librairies de quartier. Et Zelda décrit assez bien ce que pourraient devenir ces librairies. Des lieux de vie autour de l'écrit. Il est difficile de faire dédicacer un ebook. Mais on pourra développer d'autres formes de dédicaces. Pourquoi pas une carte présentant un court inédit de l'auteur avec un côté réservé à cette dédicace... C'est une idée, mais on peut en développer des centaines. A partir du moment où un auteur se vend, se créeront des envies de collections, des désirs d'objets qui rapprochent de son auteur préféré.

Ce n'est qu'une idée, comme je l'ai dit. Mais il y en a d'autres. Les librairies devront donc développer de nouvelles accroches. Organiser des rencontres fréquentes avec des auteurs (rien d'impossible à cela. Il m'est arrivé d'organiser trois ou quatre jours de rencontre, à la boutique avec un ou deux auteurs), sauf que là il faudra rentabiliser ces journées. Si le libraire vend moins de livres il faut qu'il rentre de l'argent d'une autre manière...

C'est tout pour l'instant (je reprendrai plus tard).

A vous de pianoter un peu sur vos clavier pour partager vos visions de la librairie de demain.

Last edited by markus_leicht; 03-18-2009 at 05:53 PM.
markus_leicht is offline   Reply With Quote
Old 03-18-2009, 06:33 PM   #2
zelda_pinwheel
zeldinha zippy zeldissima
zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.
 
zelda_pinwheel's Avatar
 
Posts: 27,828
Karma: 908606
Join Date: Dec 2007
Location: Paris, France
Device: eb1150 & is that a nook in her pocket, or she just happy to see you?
merci markus de partager tes réflections avec nous !

j'aime beaucoup ton idée de cartes avec un texte, à faire dédicacer. combien de fois n'a-t-on pas entendu "oui mais les dédicaces alors ! on peut pas faire signer un ebook !" en plus, les librairies pourraient ensuite vendre des albums pour les ranger dedans... tu parles d'un livre objet / gadget...
zelda_pinwheel is offline   Reply With Quote
Old 03-19-2009, 04:57 AM   #3
roger64
Wizard
roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.
 
Posts: 1,425
Karma: 846401
Join Date: Jan 2009
Device: KoboGlo
Bonjour

J'ai posté ceci aujourd'hui dans un forum Ubuntu. Désolé pour le pessimisme.

A propos des bibliothèques numériques.

Puisqu'on se rappellera plus tard que l'on a vécu à l'époque d'Hadopi, on se rappellera aussi que l'on ignorait encore en France ce qu'était une bibliothèque numérique. Ceux qui savaient le cachaient.

Même l'immense savoir du domaine public restait encore confisqué par les éditeurs. Les bibliothèques en ligne (Europeana et Gallica), fortes des millions que les gouvernements leur avaient jetés, ne mettaient pour l'essentiel à la disposition d'un public désabusé que des textes au format image, pour mieux les dérober à la curiosité populaire. Le peuple n'avait-il pas le choix éclairé d'acheter les volumes de La Pléiade, au prix moyen misérable de 53 euros l'exemplaire ?

Quant aux oeuvres contemporaines, le prix unique du livre, conçu pour une autre époque bloquait tout développement, entravait tout espoir de diffusion massive, sans que nul ne s'en offusque, ni la gauche confite dans ses préjugés égalitaires, ni la droite confortablement et hypocritement installée sur ses rentes.

Et pourtant la technologie existait. Le prix de revient dérisoire du livre numérique, les technologies numériques de prêt, auraient enfin pu mettre pour la première fois -presque- tout à la disposition de tous. Les exemples qui fonctionnaient aux Etats-Unis, dans d'autres pays d'Europe étaient passés sous silence. Il fallut attendre 2034 pour que la première bibliothèque numérique (c'est à dire comprenant à la fois des oeuvres du domaine public et des oeuvres contemporaines) fut créée à ...Lisieux. Oui, madame.

Malheureusement, c'est cette année là que la durée de validité des droits d'auteur fut portée de 150 à 225 ans en contrepartie d'une augmentation minime de 85 à 95% de la part de l'éditeur et du distributeur dans le prix des livres.

La France voulait continuer son rêve immuable, le modèle dépassé d'une culture pour laquelle les oeuvres de qualité ne peuvent avoir qu'un prix exorbitant, sans s'apercevoir que son coeur s'étiolait, que sa sève se tarissait, que les esprits curieux partaient regarder ailleurs...

J'ai le sentiment d'appartenir physiquement à un pays qui a perdu sa confiance, rabougri et méfiant. L'inquisition a permis historiquement de combattre les hérétiques. Elle a toujours eu pour résultats la sclérose et le déclin. Faudra t-il que le souffle du renouveau vienne d'ailleurs ? Probablement mais hélas dans une autre langue que la nôtre. Je le crains.
roger64 is offline   Reply With Quote
Old 03-19-2009, 06:11 AM   #4
markus_leicht
Connoisseur
markus_leicht is on a distinguished road
 
markus_leicht's Avatar
 
Posts: 59
Karma: 60
Join Date: Sep 2008
Location: Lyon
Device: Aucun
Le prix unique du livre n'a jamais été un problème. Il a permis aux petites librairies de ne pas disparaître complètement, face aux gros.

Dans un futur plus ou moins proche ce prix unique disparaîtra. Pour la bonne raison que les gros vendeurs de livres papier n'existeront plus. Aux USA la disparition des grosses chaînes s'annonce. Borders à licencié depuis juin 30% de ses employés et Virgin qui avait 23 magasins aux USA, n'en a plus que 6 et le dernier fermera à la fin de l'été.

Il faut savoir que le prix des ebooks n'est en rien lié au prix des bouquins papiers. Et que le prix unique n'influe en rien sur le prix des ebooks. Aux éditions Eons, mon roman Péronnik l'idiot est vendu 9,40€ en papier et 2,30€ en ebook. Les gros éditeurs sont souvent trop gourmands et surtout ont la trouille de ne pas s'y retrouver avec les ebooks. Mais ils seront économiquement obligés de changer d'attitude.

En 2008 le livre (tout confondu) a réalisé en France le même chiffre qu'en 2007. Ce qui veut dire qu'il a reculé, compte tenu de l'inflation. C'est la première fois que ça arrive. Aux USA il a connu un recul de 3% (toujours sans tenir compte de l'inflation). Ces chiffres incluent la vente des ebooks.
markus_leicht is offline   Reply With Quote
Old 03-19-2009, 06:32 AM   #5
markus_leicht
Connoisseur
markus_leicht is on a distinguished road
 
markus_leicht's Avatar
 
Posts: 59
Karma: 60
Join Date: Sep 2008
Location: Lyon
Device: Aucun
Pour ceux qui se demanderait pourquoi le prix des ebooks n'est pas lié au prix du livre papier ni au prix unique, je précise que pour le moment l'ebook n'est pas considéré en Europe comme un livre, mais à le même statut qu'un programme informatique. D'où cette TVA de 19,60% contre 5,5% pour le livre.
markus_leicht is offline   Reply With Quote
Old 03-19-2009, 07:45 AM   #6
roger64
Wizard
roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.
 
Posts: 1,425
Karma: 846401
Join Date: Jan 2009
Device: KoboGlo
Quote:
Originally Posted by markus_leicht View Post
Pour ceux qui se demanderait pourquoi le prix des ebooks n'est pas lié au prix du livre papier ni au prix unique, je précise que pour le moment l'ebook n'est pas considéré en Europe comme un livre, mais à le même statut qu'un programme informatique. D'où cette TVA de 19,60% contre 5,5% pour le livre.
Merci. Tu m'as appris quelque chose qui n'est pas évident. Dans ce cas effectivement, ma remarque sur le prix unique perd son sens. Tant mieux. A force de vouloir être logique, on se plante.

Il s'agit donc , pour le moment, de deux marchés différents ... pour le même public. Une situation curieuse et illogique mais dont -à titre personnel- je ne peux que souhaiter le maintien.

En langue française, on peut cependant compter sur nos "chers" éditeurs pour ne pas trop s'éloigner de la parité des prix (pour les livres qui sont déjà vendus sur papier) de crainte de phagocyter leurs ventes. Le cas de ton livre (forte différence) est sans doute une exception... ou pas ? As-tu un éditeur altruiste ?
roger64 is offline   Reply With Quote
Old 03-19-2009, 05:42 PM   #7
markus_leicht
Connoisseur
markus_leicht is on a distinguished road
 
markus_leicht's Avatar
 
Posts: 59
Karma: 60
Join Date: Sep 2008
Location: Lyon
Device: Aucun
Quelques chiffres récents pour compléter cette discussion :

La grosse chaîne américaine de librairies Barnes & Noble annonce une baisse des ventes de 3% pour 2008 et prévoit une baisse de 6 à 9% pour le premier trimestre 2009.

Les ventes du Sony Reader à la Fnac : 6000 lecteurs vendus, 4141 ebooks disponibles, 13000 téléchargements. En gros ça fait une moyenne de 3 téléchargements par titre.

Et puis un article fort intéressant sur Les marchés fermés des liseuses.

Un extrait : "Alors que les produits livres au format papier étaient un secteur plutôt agnostique (vous pouviez acheter votre livre où bon vous semble), l’électronique remet en cause cette neutralité du commerce. Vous allez acheter des titres qui ne sont accessibles que sur certains supports, sur le modèle de l’industrie informatique qui vous oblige a acheter pour chaque machine sa version de logiciel. Soit. Il va nous falloir apprendre donc à ne plus avoir accès à des livres pour la vie. A les perdre. A devoir les acheter et racheter pour chaque plateforme que l’on utilise. Le livre au format électronique n’est pas un objet pérenne : c’est un bouleversement pour nos mentalités, mais si on regarde bien, c’est dans la continuité de nos pratiques..."

A suivre...
markus_leicht is offline   Reply With Quote
Old 03-19-2009, 10:48 PM   #8
roger64
Wizard
roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.
 
Posts: 1,425
Karma: 846401
Join Date: Jan 2009
Device: KoboGlo
En ce qui concerne la FNAC, j'avais lu qu'elle cherchait à promouvoir les ebooks avec des "remises" de 10 à 15% sur le prix des éditions papier. Cette soi-disant "remise" est une présentation fallacieuse. De plus, elle est bien trop faible pour conquérir un marché. Elle permet juste de s'y tremper les pieds. Il n'est pas surprenant qu'elle ne rencontre qu'un succès bien tiède qui n'augure en rien de l'avenir.
http://www.lepost.fr/article/2008/09...programme.html

Il y a certes pour les liseuses de fortes tentations pour imposer les formats fermés et protégés si possible à coup d'accords d'exclusivité comme le fait Amazon avec la fabuleuse pompe à phynances du Kindle. Je suis persuadé qu'ils ne s'imposeront pas et qu'à moyen terme les formats ouverts triompheront -et que même les DRM passeront à la trappe-, comme cela se produit aujourd'hui pour les mp3.

Voici ce que disait, il y a déjà un an Theodore T'so, un des gourous du kernel Linux en recommandant vivement le PRS-505 pour son interopérabilité.
http://thunk.org/tytso/blog/2008/01/...rs-505-reader/

Le marché du numérique passera à mon avis par deux phases. D'abord créer un public, une masse critique, c'est à dire une communauté de lecteurs passionnés en les attirant avec une offre attractive et gratuite d'oeuvres dans le domaine public.

Ce n'est qu'ensuite que l'on pourra tenter ce nouveau public en rajoutant des oeuvres aux prix soigneusement étudiés sans jamais le rendre prisonnier de formats fermés. C'est à mon avis une démarche d'avenir. J'y ai adhéré.

Nota : j'ajoute que si ma situation géographique ne me laisse guère que ce choix (au détriment de toute offre "papier"), il est tout à fait en accord avec mon intérêt pour les logiciels libres.

Last edited by roger64; 03-20-2009 at 12:21 AM.
roger64 is offline   Reply With Quote
Old 03-20-2009, 03:30 AM   #9
markus_leicht
Connoisseur
markus_leicht is on a distinguished road
 
markus_leicht's Avatar
 
Posts: 59
Karma: 60
Join Date: Sep 2008
Location: Lyon
Device: Aucun
Je précise que ce n'est pas la Fnac qui décide du prix des ebooks qu'elle vend, mais les éditeurs et surtout le SNE, le Syndicat National de l'Edition, qui est très conservateur. Les éditeurs sont les premiers à reconnaître qu'il faudrait baisser le prix des ebooks. Ils voudraient les ramener à 30% en dessous du prix des éditions papier, alors que l'enquête de la Fnac montre que les lecteurs estiment qu'ils devraient être à 40% en dessous du prix du livre.
markus_leicht is offline   Reply With Quote
Old 03-20-2009, 07:42 AM   #10
roger64
Wizard
roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.roger64 ought to be getting tired of karma fortunes by now.
 
Posts: 1,425
Karma: 846401
Join Date: Jan 2009
Device: KoboGlo
Oui, c'est évident pour la majorité des observateurs mais ce rabais de 40% n'apparait quasiment nulle part...

Si ce n'est la FNAC qui fixe le prix du livre, c'est donc son frère...Le SNE contribue passivement à préparer à ses adhérents des jours difficiles. Le prix unique (une invention que le monde nous envie sans la copier) a sans doute contribué à figer la situation et à préserver des emplois. Mais on n'a pas profité de ce sursis pour chercher à évoluer. La situation va maintenant devenir intenable, comme l'eau de cuisson le devient pour les langoustes.

A mon avis, le reseau actuel des éditeurs et libraires va s'éroder de façon continue raison de l'essor de nouvelles sources d'édition électroniques francophones (à l'étranger principalement hélas). Les incantations du SNE n'empêcheront pas la situation d'évoluer. Au mieux il pourra un peu la freiner.

Je ne sais quand se produira en France dans ce secteur le sentiment d'une situation de déprime insupportable, peut-être dans cinq à dix ans ? Quand le tiers ou le quart de ces commerçants aura été acculé à la faillite.

Ceux qui n'auront pas voulu jouer le jeu du progrès seront les premiers pénalisés. C'est pourtant une leçon que les Luddites nous avaient appris à leurs dépens
roger64 is offline   Reply With Quote
Old 03-20-2009, 05:05 PM   #11
markus_leicht
Connoisseur
markus_leicht is on a distinguished road
 
markus_leicht's Avatar
 
Posts: 59
Karma: 60
Join Date: Sep 2008
Location: Lyon
Device: Aucun
Encore un article pour poursuivre la réflexion :

Qu'est-ce qu'un livre à l'heure du numérique ?
markus_leicht is offline   Reply With Quote
Old 03-23-2009, 05:09 AM   #12
YGG-
Dry fruit
YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.
 
YGG-'s Avatar
 
Posts: 1,157
Karma: 1047086
Join Date: Dec 2008
Location: Paris, France
Device: Bookeen Opus + HTC Desire HD
Attention, post long!

[Disclosure: je lis au moins 300 bouquins par an: beaucoup de ‘nonfiction’ (sciences humaines ou management), SF et polars; 90% de ce que je lis est en anglais]

*Quand on parle de librairie, on parle de plusieurs choses différentes:
- un magasin où je vais acheter parce que c’est là (seulement) que se trouve ce que je veux: pour un bouquin papier il ya maintenant Amazon et la FNAC, et d’autres... A la librairie je ne trouve pas d’e-books. + Quand je me rends "au magasin", je sais probablement ce que je veux.
- une sorte de bibliothèque où je vais voir: flâner, rechercher, compulser, discuter. Les libraires qui font leur boulot aident/ orientent les choix, donnent envie. Quand je vais “à la bibliothèque”, je ne vais pas nécessairement acheter, mais je cherche plutôt un accès aux éléments de ma décison/ mon choix.
- les libraires ont un rôle essentiel de savoir, de connaissance de leur fonds, de l’actualité dans leur domaine, d’écoute du client... [cf. ce vendeur génial du rayon sciences humaines de la FNAC Montparnasse dans les années 80, qui vous trouvait le bouquin que vous recherchiez à partir de 3 mots-clés --erronés-- et une vague hypothèse sur l’auteur...je le regrette beaucoup, ce type !]
*Quand on parle de livre, on parle de quoi?
-un "outil" [de lecture]: je pars pour un voyage de 400 km en train...je veux découvrir/creuser tel savoir, telle technique...j’ai envie d’évasion, de me faire plaisir...[un outil dont il a fallu apprendre à se servir],
-un contenu, des informations: le texte, qui peut se réduire ultimement à des bits/digits sur un écran,
-un objet physique: généralement en papier, avec différents “niveaux” de qualité (livre de poche, Pleïade); que je peux offrir à quelqu’un; qui “s’oppose” à la liseuse (e-book reader) ;
*Quand je pense à mes lectures, je pense à quoi?
- à ma bibliothèque: très bien fournie en bouquins de toutes sortes (poches, brochés, reliés, Pléïade, livres anciens...) et de toutes matières (littératures, poésie, techniques diverses, sciences humaines, SF, polars...)
- à comment j’ai acquis mes goûts/ certains de mes bouquins: par ma famille, par héritage, à l’école, à la fac (Acheter Lévi-Strauss à l’occasion d’une UV d’ethno, il y a pire!),
- à ce que j’ai envie de transmettre à mes enfants: pas de plus grand bonheur pour moi que de les voir tous les trois piocher dans ma bibliothèque sans rien me demander, ou bien demander conseil, et entendre “Ouah, Borgès, ça l’fait!” ou bien “K.Dick, c’est trop de la balle!” "Léo Malet, c'est top!"...et me dire qu’un jour ils se partageront ces bouquins qui auront une nouvelle vie chez eux...
-à comment j’ai découvert les plus belles lectures que j’ai faites: en piquant dans la bibliothèque de mes parents (j’ai été gardien de nuit, dans mon jeune âge; “A l’est d’Eden" en deux nuits, “Docteur Faustus” en trois...); par l’école et un prof de français plutôt malin; par le bouquiniste de la rue du Commerce (tout Raymond Chandler en Série Noire à quelques balles; il me les reprenait à 50% du prix et j’en rachetais d’autres), par des conseils de copains divers, en espionnant systématiquement la bibliothèque des amis gens chez qui j’allais je vais (les disques aussi!) ; en picorant dans les livres que lisent mes proches (une belle soeur aux goûts très sûrs...); en lisant les critiques...
*La librairie de quartier est (était?) une réponse --datée-- à une question qui a changé!
- on ne trouvait les livre "que" là : on a accès aux livres différemment; la FNAC a lancé le mouvement (et je suis client chez Amazon.com depuis 1996 ; Ma vie de lecteur a changé depuis ce moment là);
- on n'avait "que" le livre : on a accès au contenu du livre différemment (extraits, e-books);
- la lecture était socialement valorisée : le statut de la lecture a sans doute changé (ça serait trop long...).
*La question devient:
-comment ai-je accès à ce que je veux lire? Mais d’abord:
-pourquoi je lis ce que je lis? Comment j’en viens à (vouloir) accéder à tel livre, précisément? Et qu’est-ce qui fait que je décide d’acheter; et --maintenant-- sous quelle forme : papier ou e-book.
*Et maintenant je reviens à la question de départ (désolé si j’ai été ‘un peu’ long) : que peut ma librairie de quartier pour moi ? Ou bien : quel intérêt (en plus de l’intérêt de principe, militant) aurais-je à avoir recours à ses services ?
[à suivre?] (vous me dites si je me répands, hein?)

Last edited by YGG-; 03-26-2009 at 04:27 AM.
YGG- is offline   Reply With Quote
Old 03-23-2009, 05:06 PM   #13
Pumba
Enthusiast
Pumba doesn't litterPumba doesn't litter
 
Posts: 28
Karma: 148
Join Date: Jul 2008
Device: Cybook Gen3
Bonsoir,

J'apporte ici ma modeste contribution.

J'ai été un lecteur "papier" par "opportunités". C'est à dire que j'ai toujours lu, ce que je pouvais emprunter de-ci de-là, aux parents, aux amis, aux collègues, etc... voire acheter au supermarché en faisant les courses hebdomadaires.
Je ne suis pas non plus un très gros lecteur (de livres s'entend, car entre le journal, les hebdos et mensuels auxquels je suis abonné...), sauf pendant les vacances ou je me rattrape !

En clair, rares furent les fois ou je suis allé chez le libraire rien que pour me trouver quelque chose à lire !

Depuis un an, je suis passé au Cybook et là, j'ai changé d'"opportunités" puisque maintenant, je peux "essayer" un chapitre d'un livre en téléchargement gratuit (Mobipocket), lire les avis d'autres lecteurs, avoir les statistiques de ventes (ca donne des indications), redécouvrir des auteurs dans le domaine public (pas uniquement parce que c'est gratuit car j'achète de plus en plus).

Pour résumer, tout ce qu'aurait pu faire un libraire, sauf que là, je le fais à tout moment, quand l'envie m'en prend, quand le prix me convient.
Je sais, c'est tout à l'image de notre société du plaisir immédiat, compulsif.

Et je ne suis pas sur que le libraire, comme on le concoit encore aujourd'hui, fasse, dans le futur, partie de notre société de consommation !

@+
Pumba is offline   Reply With Quote
Old 04-16-2009, 06:50 AM   #14
discusaigon
Connoisseur
discusaigon doesn't litterdiscusaigon doesn't litterdiscusaigon doesn't litter
 
Posts: 84
Karma: 201
Join Date: Dec 2008
Device: HX4700 + BEBOOK + HP612c
Bonjour,

voila des librairies bâties sur d'autre modèles qui marchent :

http://il-bouge-le-livre.blog.lemond...ie-des-livres/
discusaigon is offline   Reply With Quote
Old 04-16-2009, 07:15 AM   #15
YGG-
Dry fruit
YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.YGG- ought to be getting tired of karma fortunes by now.
 
YGG-'s Avatar
 
Posts: 1,157
Karma: 1047086
Join Date: Dec 2008
Location: Paris, France
Device: Bookeen Opus + HTC Desire HD
Quote:
Originally Posted by discusaigon View Post
Bonjour,

voila des librairies bâties sur d'autre modèles qui marchent :

http://il-bouge-le-livre.blog.lemond...ie-des-livres/
Superbe ! En voyant toutes ces images, je me disais "quand est-ce que je peux aller là-bas?" Le papier a encore de beaux jours devant lui!!!
YGG- is offline   Reply With Quote
Reply

Thread Tools Search this Thread
Search this Thread:

Advanced Search

Forum Jump

Similar Threads
Thread Thread Starter Forum Replies Last Post
Feedbooks : comment éditer son livre Hadrien E-Books 51 04-22-2010 05:26 PM
L'encre électronique au supermarché! YGG- Lounge français 5 01-12-2010 09:08 AM
E-Books Des ebooks en librairie, sans internet ! (via ActuaLitté) zelda_pinwheel Forum Français 2 12-23-2009 04:21 PM
Nouvelle adresse de la Bibliothèque électronique du Québec Coolmicro E-Books 1 11-24-2009 03:50 PM
Maison d'édition électronique? valentine E-Books 19 10-25-2008 08:02 AM


All times are GMT -4. The time now is 10:32 PM.


MobileRead.com is a privately owned, operated and funded community.