View Single Post
Old 04-26-2010, 10:06 AM   #10
NicolasR
Addict
NicolasR has a complete set of Star Wars action figures.NicolasR has a complete set of Star Wars action figures.NicolasR has a complete set of Star Wars action figures.NicolasR has a complete set of Star Wars action figures.NicolasR has a complete set of Star Wars action figures.
 
Posts: 257
Karma: 434
Join Date: Feb 2010
Device: none
Quote:
Originally Posted by YGG- View Post
La réponse est "non" : toute peine mérite salaire...je travaille pour produire une oeuvre j'ai le droit d'en vivre par la vente... ça s'appelle le droit d'auteur.
Non, tu n’as pas LE DROIT d’en vivre par la suite, désolé.

1. Une loi te donne le droit, tu ne l’as pas ; c’est donc un choix politique, celui d’un moment, correspondant à une technologie et une période historique donnée. Ce n’est pas comme un droit de l’homme (droit à la vie), qui serait inaliénable et sacré.

2. « Par la suite ». Pourquoi « par la suite » ? Quand un pizzaiolo me fait une pizza, je la paye une fois, il ne prétend en vivre par la suite… De plus en plus, les journalistes sont en train d’abondonner le principe d’être rémunéré À CHAQUE édition de leur article. Ils sont payés une fois, et c’est tout ; pourquoi ? parce qu’à l’heure du numérique, il devient aberrant de compter le nombre de fois qu’une page web a été affichée sur un écran pour rémunérer l’auteur au nombre d’édition. Pourquoi on ne pourrait pas concevoir que les auteurs soient payés une fois et c’est tout ?

3. En vivre par la suite ; c’est limite pour l’auteur vivant, c’est carrément du grand n’importe quoi pour les héritiers. Il n’y aucune raison pour que les héritiers puissent toucher sur des créations qu’ils n’ont pas faites.

4. En vivre par la suite, toujours : la durée de protection, de 70 ans au max après la mort de l’auteur, est ahurissante, rapportée à l’espérance de vie actuelle. Mettons une œuvre créée à 20 ans, dont l’auteur meurt à 90 ans : l’œuvre aura été protégée pendant… 140 ans. 140 ans !!! Pour un pauvre écrit !!! Si on compare aux inventions industrielles, ou à la recherche moléculaires, qui mettent en œuvres des moyents LARGEMENT plus coûteux en terme de cervelle, de temps/hommes, et de matériel, et qui sont couverts 20 ans, on tombe dans l’hallucination.

Le droit d’auteur, conçu sur une économie basée sur la rareté et la difficulté à reproduire une œuvre à l’identique, DOIT être réformé, en profondeur, c’est la marche de l’histoire.
NicolasR is offline   Reply With Quote