View Single Post
Old 03-26-2009, 12:35 PM   #1
zelda_pinwheel
zeldinha zippy zeldissima
zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.zelda_pinwheel ought to be getting tired of karma fortunes by now.
 
zelda_pinwheel's Avatar
 
Posts: 27,828
Karma: 908606
Join Date: Dec 2007
Location: Paris, France
Device: eb1150 & is that a nook in her pocket, or she just happy to see you?
à lire : "Portrait du pirate en conservateur de bibliothèque"

Je viens de tomber sur cet article au titre quelque peu provocateur sur le site de Lekti-ecriture, mais qui pose des questions pertinentes et postule une valeur de conservation patrimoniale dans le partage en ligne p2p ("pair à pair").

Surtout à l'heure de la loi Hadopi, les interrogations sur un possible effet bénéfique pour notre patrimoine culturel des réseaux de partage en ligne ne manqueront pas de surprendre certains, tout en confortant les arguments d'autres.

Morceaux choisis

La "piraterie" en vecteur de vente :
Quote:
(...) À partir de ce moment-là, le doute apparaît : comment les éditions O’Reilly arrivent-elles encore à vendre des livres, puisque certains, tels que Denis Olivennes, auteur du rapport éponyme, affirment que la piraterie est responsable de la crise actuelle, en ce qui concerne l’industrie musicale et cinématographique ? Si l’on suit le cheminement et la pensée de Denis Olivennes, les éditions O’Reilly, piratées de manière massive, auraient déjà du déposer le bilan. Or, ce n’est pas le cas. Pire encore, le fondateur des éditions O’Reilly, le très respecté Tim O’Reilly, inventeur de la célèbre formule « Web 2.0 », affirme depuis quatre ans que la piraterie, en ce qui concerne ses livres, n’est pas un problème, et parfois même représente un vecteur de vente de livres physiques (voir le lien suivant, un article qui a fait sensation au moment de sa parution, pour plus de détails : http://www.openp2p.com/pub/a/p2p/2002/12/11/piracy.html).
Valorisation du livre indépendamment de sa valeur commerciale :
Quote:
(...) Mais le plus étonnant est encore ailleurs : à partir des éléments ci-dessus, il serait assez facile de considérer qu’il s’agit de simples pirates qui contournent la législation sur le droit d’auteur, mettent à mal (c’est une hypothèse) la pérennité économique des éditeurs, dont la condamnation par les tribunaux serait éminemment souhaitable. 
La réalité n’est pas si simple... En effet, ces petits groupes se comportent, ont des réflexes de bibliothécaires : ils classent les livres en fonction de leur pertinence, créent des dossiers de manière élaborée, et il est difficile de considérer qu’il s’agit simplement de groupes d’activistes qui veulent « mettre à bas le système capitaliste ». Bien au contraire, ces groupes semblent considérer les livres en fonction de leurs qualités intrinsèques, non pas en fonction de leur valeur commerciale.
à propos du drm :
Quote:
(...) Les verrous numériques appellent le piratage, par la frustation qu’ils entraînement, et leur complexité intrinsèque. Il est d’ailleurs surprenant, et paradoxal, qu’au moment où l’emploi de DRM est abandonné de manière massive par l’industrie musicale, les groupes d’édition lancent des plate-formes de ventes de livres numériques protégés par des verrous numériques, que cela soit avec Fnac.om, Numilog ou Epagine.
Léfigérer sur les réseaux Peer-to-Peer ?
Quote:
(...) La majorité des gouvernements, à l’échelle mondiale, a renoncé à légiférer sur le peer-to-peer, devant l’ampleur du phénomène. La loi Hadopi, discutée en France en cette période, est une exception curieuse à la règle, dont beaucoup remettent en cause la légitimité, mais qui semble surtout impossible à appliquer.

À moins de priver de connexion Internet la grande majorité des foyers français...

D’autant qu’il semble très difficile de mesurer l’impact du piratage des oeuvres sur les ventes. D’un côté, les syndicats professionnels affirment que la crise de l’industrie musicale est dûe au piratage des oeuvres. De l’autre, certaines études, telles que celle commanditée récemment par le gouvernement hollandais, remise début janvier au Ministre de l’Économie, indiquent à l’inverse que le piratage serait bénéfique à l’industrie musicale (http://www.ez.nl/dsresource?objectid=161961&type=PDF).
En conclusion :
Quote:
(...) Il existe donc là un vrai paradoxe : les pirates qui bafouent, violent chaque jour les législations sur le droit d’auteur et le Copyright sont peut-être, en même temps, la seule chance de survie du savoir numérique. Et il est plausible d’imaginer qu’un jour, pas si lointain, certains auteurs, éditeurs ou producteurs, aillent chercher la seule copie encore existante de leur travail auprès des pirates. Voilà encore le pourquoi du titre, qui semble provocateur : « portrait du pirate en conservateur de bibliothèque ». Le but n’est pas de donner une image idyllique du « pirate » sur Internet, puisqu’il enfreint de manière systématique les lois sur le droit d’auteur, mais de mettre en relief certaines réalités qu’il semble absurde d’ignorer plus longtemps…

Lire le texte intégral ici. Il est long, mais intéressant.
Pour ceux qui lisent en anglais, l'articlé lié de Tim O'Reilly "Piracy is Progressive Taxation, and Other Thoughts on the Evolution of Online Distribution" est aussi fortement conseillé.


Alors, le partage en ligne : seul espoir pour la pérennisation de notre patrimoine culturel ? mort assurée des métiers de la création ? Je pense que la vraie réponse est quelque peu plus nuancée. Qu'en dîtes-vous ?
zelda_pinwheel is offline   Reply With Quote